Tangerine & Cie

Forum végétarien sur l'alimentation crudivore et frugivore, le fruitarisme et l'hygiénisme.


Heures au format UTC + 1 heure



Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 17 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2
Auteur Message
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Nov 2010
Messages: 470
Localisation: L'Estréchure, Cévennes...
Sexe: Masculin
Age: 34
Posté: 12 Fév 2011, 16:05 

... la vérité est rarement simpliste! ;)

_________________
http://julien-wolga.blogspot.com/
http://inspiration-naturienne.blogspot.fr/


Haut
  Profil Site Internet 
 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Nov 2010
Messages: 265
Sexe: Masculin
Posté: 13 Fév 2011, 00:44 

Ce que j'aime dans l'optique fruitarienne, c'est qu'en soi, au-delà des difficultés psychologiques à se sevrer des drogues auxquelles ont s'est accoutumées, elle est une proposition de simplification libératrice de l'homme... et par là-même de la Nature!

Oui, bien dit je trouve moi-aussi :)

Mais la simplicité, et je sais que c'est si contradictoire, n'est pas accessible et acceptable pour beaucoup de gens. Car ce qui est simple, naturel et rempli de bon sens n'a pas autant de "valeur" que ce qui est compliqué et trituré... Hmmm, la corruption par l'argent, quoi!!!

_________________
Michel Nature
Se Guérir, Se Nourrir, S'épanouir, par Nature!
http://michelnature.com


Haut
  Profil Site Internet 
 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Nov 2010
Messages: 470
Localisation: L'Estréchure, Cévennes...
Sexe: Masculin
Age: 34
Posté: 13 Fév 2011, 10:34 

... tout dépend,je pense, de la façon dont on présente les choses, les rendant plus ou moins difficile à "ressentir" et motivantes...

En me réveillant, j'ai eu l'idée d'une chanson un peu hippie, mais qui pourrait "actualiser" un vieux rêve humain, je vais essayer d'écrire un truc voire d'en faire une petite vidéo préparatoire... ;)

_________________
http://julien-wolga.blogspot.com/
http://inspiration-naturienne.blogspot.fr/


Haut
  Profil Site Internet 
 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Nov 2010
Messages: 265
Sexe: Masculin
Posté: 13 Fév 2011, 10:56 

Mais tu es trop un artiste, Juw, ma parole!!! Et c'est bien cool ça! ;)

_________________
Michel Nature
Se Guérir, Se Nourrir, S'épanouir, par Nature!
http://michelnature.com


Haut
  Profil Site Internet 
 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Nov 2010
Messages: 470
Localisation: L'Estréchure, Cévennes...
Sexe: Masculin
Age: 34
Posté: 13 Fév 2011, 13:44 

;) merci, enfin rêve pas trop, je n'ai pas une voix de rêve non-plus, je ne l'ai jamais travaillée, je m'efforce juste tant bien que mal de chanter juste quand je le peux! ;)

... bon, c'est con: ce matin en me réveillant, j'avais un petit air et quelques paroles en tête, mais faute d'avoir pu m'entraîner un peu, tout s'est un peu dissipé... j'vais essayer de tout rassembler... ;)

_________________
http://julien-wolga.blogspot.com/
http://inspiration-naturienne.blogspot.fr/


Haut
  Profil Site Internet 
 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Nov 2010
Messages: 265
Sexe: Masculin
Posté: 14 Fév 2011, 00:47 

Ah ces artistes - tous les mêmes, ils sont si "volatiles" :)

_________________
Michel Nature
Se Guérir, Se Nourrir, S'épanouir, par Nature!
http://michelnature.com


Haut
  Profil Site Internet 
 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Nov 2010
Messages: 470
Localisation: L'Estréchure, Cévennes...
Sexe: Masculin
Age: 34
Posté: 02 Mar 2011, 21:26 

Je viens de tomber sur la traduction d'un appel aux végétariens pour devenir végétaliens, qui reprend ce que tu expliquais, Cicero, sur les productions de lait et d'œufs, l'original est ici: http://www.veganhome.it/vegetariani/lettera-aperta/

et la traduction suit:
Citation:
LETTRE OUVERTE AUX VEGETARIEN-NE-S
de Marina Berati (mars 2002)

Cette lettre s’adresse aux végétarien-ne-s qui le sont pour des raisons éthiques, mais qui ne sont pas encore vegan. Qu’est-ce que je veux vous transmettre, au travers de ces lignes ? Je veux vous convaincre de devenir vegan, autant le dire tout de suite. Je veux vous expliquer pourquoi je le suis moi-même devenue, dans l’espoir que les mêmes mécanismes de pensée et d’empathie fonctionnent également pour vous. Vous pensez peut-être qu’il serait plus utile de convaincre plutôt les carnivores à devenir végétariens. Bien sûr cela est aussi nécessaire, et nous le faisons quotidiennement grâce à de nombreuses initiatives, mais ici, dans cette lettre, je veux communiquer avec vous, les végétarien-ne-s, qui éprouvez déjà, comme moi, de l’horreur et de la rage à la seule idée qu’un animal puisse être tué, de l’angoisse et de la colère face aux élevages, aux pêcheries, aux abattoirs. Ainsi nous pouvons raisonner sur des bases communes. Et il s’agit d’une tâche tout aussi importante parce qu’il est question, dans ce cas également, de sauver des vies.

J’ai été végétarienne pendant neuf ans. Je ne vous en explique pas les raisons, parce que ce sont les mêmes que les vôtres. Je croyais que je ne deviendrais jamais vegan. Je pensais que ce n’était pas nécessaire. Tout ce que je veux, c’est ne pas tuer. Et en consommant du lait et des œufs, je ne tue pas. Il est vrai, cela comporte l’exploitation des poules pondeuses et des vaches laitières. Mais le problème, alors, est celui du changement des méthodes d’élevage, du traitement des animaux. Le problème en soi n’est pas la production de lait et d’œufs. C’est juste la méthode. Donc, en principe, il n’est pas faux de manger ces aliments. Parce qu’ils ne tuent pas. Je dois dire que, peut-être, même s’il était vrai que la consommation de lait et d’œuf ne tue pas les animaux, ce raisonnement n’aurait pas pour autant été très solide, parce qu’il faut de toute manière se dissocier de l’exploitation et ne pas y contribuer, quand elle existe. Mais c’est ainsi que je pensais, et j’en étais convaincue. Probablement beaucoup d’entre vous en sont également convaincus, et ne consomment que les oeufs de poules élevées au sol, ou de petites fermes, et le lait d’élevages non intensifs.

Malheureusement, malheureusement pour les animaux je veux dire, cela ne suffit pas, parce qu’il y a un autre problème: ce n’est pas “seulement” une question d’exploitation. Mais de mise à mort. Parce que la consommation de lait et d’oeuf implique aussi, nécessairement, la mise à mort d’animaux. Non pas des mêmes individus qui produisent ces “aliments” (ou du moins, pas tout de suite), mais de leurs semblables, de leurs petits, qui doivent mourir afin que cette production soit possible. Il est mathématiquement, statistiquement, économiquement impossible de produire du lait et des œufs sans tuer un nombre très élevé d’animaux. Je vais maintenant vous expliquer pourquoi. C’est pour ces raisons, au final, que si vous avez choisi d’être végétarien-ne pour ne pas tuer, vous devez, pour la même raison, devenir vegan. La raison est identique, la décision est donc facile à prendre, puique vous l’avez déjà fait une fois. Vous êtes déjà convaincu-e-s de son bien-fondé.

Je me concentre sur le point de l’abattage justement pour cela : s’il ne s’agissait que d’exploitation, on pourrait toujours choisir de ne se servir que des produits des élevages non intensifs (ce qui signifierait tout de même, si l’on est cohérent, une forte limitation de sa consommation, afin de la rendre minime, car les élevages non intensifs ne peuvent assurément pas fournir des produits à toute la population de la Terre, dans les quantités considérées aujourd’hui comme normales). Mais il s’agit au contraire de mort. Et, en tant que végétarien-ne-s pour des raisons éthiques, vous êtes certainement déjà convaincu-e-s qu’il n’est pas juste de TUER les animaux. C’est pourquoi je me concentre sur cet aspect.

Pourquoi produire des oeufs signifie-t-il tuer des animaux? Apprenons-le tout d’abord à travers les mots d’un éleveur de poules pondeuses. Voyons quelle est cette réalité. Les faits, seulement les faits. Et essayons de transformer cet exemple en une règle générale.

VACHE FOLLE: SOS ELIMINATION EN DECHARGE POUR LES POUSSINS MORTS (ANSA) - ASTI, 3 FEV. 2001 – Les éleveurs de la région d’Asti expriment leur préoccupation concernant l’élimination en décharge de quintaux de poussins morts, auparavant destinés aux industries productrices de farines animales. Le SOS vient en particulier de l’entreprise « Valversa » de Cocconato où se trouve la plus grande structure italienne de couveuses pour poussins. « Chaque semaine – explique Valerio Costa, l’un des frères propriétaires de l’entreprise – 260'000 poussins naissent dans nos couveuses. La moitié environ sont des femelles qui restent en vie pour devenir des poules pondeuses, l’autre moitié sont des mâles qui sont tués ». Chaque semaine, donc, les poussins morts et les coquilles d’œuf forment environ 300 quintaux de déchets remplissant au moins 2 camions qui, jusqu’à il y a 15 jours, étaient destinés aux usines pour la fabrication de farines animales, pour un coût de 30 lires au kilo (ndlt : moins de 2 cents d’euro). A présent le maire de Cocconato, Carlo Scagno, après avoir consulté les autorités sanitaires locales, a émis une ordonnance qui en permet l’élimination dans la décharge turinoise de Basse di Stura pour un coût d’environ 1'000 lires au kilo (ndlt : environ 50 cents d’euro). « nous ne savons pas – a ajouté le maire – jusqu’à quand la décharge turinoise pourra accueillir ces déchets spéciaux ». Par ailleurs, « dans l’entreprise – affirme Costa – on travaille à plein régime. Bloquer les couveuses qui font naître tous les 21 jours plus d’un million de poussins, et bloquer l’élevage de plus de 50'000 poules qui produisent les œufs pour les couveuses, serait un désastre ».

En somme, que retenir de cela? Que, en moyenne, pour faire naître une poule pondeuse, un poussin mâle est tué. Dans la majeure partie des cas il est tué tout de suite, broyé, étouffé, gazé. C’est la solution la plus "heureuse” pour lui. Dans d’autres cas, il vit quelques semaines avant d’être abattu comme poulet. Et cela vaut évidemment aussi pour les poules des petits poulaillers gérés de manière familiale ou non professionnelle. Cela vaut aussi pour les poules qui ne seront jamais abattues (au contraire des pondeuses des élevages intensifs, en cage ou au sol, quand elles arrivent en fin de carrière). Si dans un poulailler il y a ne serait-ce que cinq poules, elles sont bien nées quelque part, non ? Il n’y a certainement pas cinq coqs. Tout au plus, un coq. Et les quatre autres, qui statistiquement ont dû naitre pour obtenir cinq poules femelles? Tués. Quel que soit l’endroit d’où proviennent les poules. C’est une simple question de logique, et de statistique.

Venons-en au lait. En quoi sa production implique-t-elle l’abattage d’animaux (à part celui des vaches laitières elles-mêmes, en fin de carrière)?

Voici un exemple, tiré du monde réel de la production de la mozzarella de bufflonne, un témoignage direct (paru dans une mailing list de diffusion publique):

12 mars 2002 – Le 12 février dernier, en rentrant chez moi, j’ai vu une grande tache sombre sur le bord de la route. En m’approchant, j’ai vu que “la chose”… n’était autre qu’un petit buffle de quelques jours, encore vivant. Je dois dire qu’au fil des ans il m’est arrivé plusieurs fois de voir les dépouilles de petits buffles dans les champs et le long des routes, et j’ai toujours pensé qu’ils étaient morts de maladies périnatales. Je signalais le fait à l’autorité compétente, qui intervenait pour enlever la carcasse. Mais cette fois-ci il ne s’agissait pas d’un cadavre, c’était un animal vivant. Un petit buffle mâle, sans marquage à l’oreille, sans propriétaire. Je l’ai chargé dans ma voiture et je l’ai amené chez moi. J’ai tout de suite appelé le Service Vétérinaire, dont le responsable m’a dit que je peux le garder pour le laisser grandir, car il a certainement été abandonné, étant un mâle. Les mâles sont donc abandonnés? Oui, m’a-t-on tépondu, c’est l’habitude dans cette zone. Pour rendre sa détention légale, je suis allé chez les Carabiniers afin de déclarer l’avoir "trouvé". Le Commandant lui aussi “savait”: les mâles sont tués, on les laisse le long des routes, c’est “normal”, ils ne servent pas, ils ne donnent pas de lait. Il paraît qu’on les étouffe en leur enfonçant de la paille dans la gorge... Avec le Service Vétérinaire, nous avons fait le calcul : environ 15'000 petits buffles mâles par an “ne naissent pas” officiellement. Mais ils sont forcément nés, puisque la nature veille à l’équilibre : il naît autant de mâles que de femelles. Et si 40'000 bufflonnes femelles sont inscrites, ce sont au moins 15'000 mâles qui "disparaissent". J’ai entendu parler d’autres "méthodes" de mise à mort : la majeure partie des éleveurs laissent simplement les nouveaux-nés mourir de faim, c’est-à-dire qu’ils les éloignent de la mère juste après la naissance et ne s’en occupent plus. Ils meurent! Et c’est tout! Il y a ceux qui les enterrent vivants et ceux qui les jettent dans la fosse à purin. Quelques éleveurs élèvent les buffles mâles pour leur viande. Un pourcentage très faible. Du reste, pour pouvoir continuer à produire de la mozzarella de bufflonne il faudrait organiser un ramassage des petits à peine nés pour les emmener aux abattoirs.

Au-delà de cet exemple spécifique, pour faire produire du lait à la vache il faut la faire accoucher d’un veau. Un chaque année, ou tous les deux ans, et dans tous les cas si le petit est un mâle il ne pourra pas devenir une “vache à lait”, et ne vivra donc que quelques mois avant d’être abattu. Les petits buffles connaissent le même sort que les poussins, tués, ou laissés mourir, à peine nés. Les petits veaux en revanche sont habituellement mangés, et vivent ainsi quelques mois pour engraisser.

En conclusion, il n’est pas imaginable que des animaux improductifs (les mâles) puissent être entretenus “gratis”. Même dans les petits élevages. Cela signifierait redoubler les coûts. Et même si les éleveurs et les consommateurs devenaient assez sensibles au bien-être des animaux pour consentir aux animaux mâles de vivre (ce qui n’est pas le cas MAINTENANT et donc MAINTENANT le lait et les œufs impliquent la mort)… croyez-vous vraiment qu’il ne serait pas davantage probable que l’on arrive au simple renoncement à cette minuscule quantité de produits animaux que des élevages de ce genre permettraient d’obtenir ?

Il me semble qu’est ainsi démontrée, en termes logiques, et en termes d’empathie (avec les deux exemples cités ci-dessus, qui ne peuvent pas ne pas horrifier un-e végétarien-ne), la nécessité de devenir vegan. Je ne sais pas pourquoi ces raisons ne sont pas immédiatement visibles, moi-même j’ai mis neuf ans à m’en rendre compte. Et maintenant je suis vegan depuis cinq ans. Une fois que l’on en a découvert les motivations, qu’est-ce qui peut empêcher de devenir vegan ? Juste quelques problèmes pratiques en plus. Une plus grande difficulté à manger hors de chez soi. Un choix moindre dans les aliments, et le doute… “mais qu’est-ce que je peux manger???” Pas de perplexité sur l’aspect salutaire, non, parce qu’il est connu que le lait et les oeufs ne font pas de bien, au contraire. Plutôt, le fait de ne pas vouloir renoncer à cette délicieuse mozzarella ou à l’omelette aux légumes. Pourtant…. nous y sommes déjà passés une fois, dans la transition de carnivore à végétarien-ne. Et nous avons réussi. Nous pouvons réussir cette fois aussi. Après tout, ce sont ces mêmes raisons qui font que les carnivores ne veulent pas devenir végétarien-ne-s. Et nous, végétarien-ne-s, nous ne les acceptons pas, n’est-ce pas?

Attention: il est vrai qu’en tant que végétarien-ne-s nous faisons déjà beaucoup, et nous ne pouvons pas être parfaits, nous ne réduirons jamais à zéro notre impact négatif sur le monde et sur les animaux, mais… cela ne peut pas être une raison pour ne pas agir le plus possible, le plus tôt possible. Une fois que nous nous rendons compte pourquoi cela est juste et nécessaire.

Donnez-vous du temps. Mais commencez à y penser. Merci.

_________________
http://julien-wolga.blogspot.com/
http://inspiration-naturienne.blogspot.fr/


Haut
  Profil Site Internet 
 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Permissions de ce forum:

Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 17 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2


cron
Créer un forum | © phpBB | Entraide & support | Forum gratuit